Les amis de Pierre Leroux                        le 2O octobre   2OO7
40, rue Pavillon
 13100, Aix-en-Provence
 ccp 382496 W Marseille
www.amisdepierreleroux .fr

Contre Lucien Herr et son régiment

                                              à quelques journalistes

      "C'est du Globe, disait Leroux, que le socialisme est sorti". En 1824, en fondant ce journal, il avait révolutionné la pensée européenne. En 1840, ce  "profond penseur qui remue son siècle" est selon Balzac le "chef d'une école morale et politique sur le mérite de laquelle le temps seul pourra prononcer". En 1898, pour fonder un jour le "journal socialiste" que Péguy a conçu sur le modèle du Globe, trente-quatre normaliens cotisaient chaque mois, et le 1er mai Péguy joint à leurs cotisations celle du Bibliothécaire de l'Ecole, Lucien Herr. Il l'appelle  son "maître le plus pur et le plus confident", et Lucien Herr écrira en 1920 : "Il faut le laisser  dormir dans sa tombe, qui n'est pas celle d'un héros. Les témoignages mêmes de ses fidèles prouvent qu'il s'est fait tuer bêtement, inutilement, par un besoin absurde d'ostentation et de bravade. C'est peut-être le seul homme que j'ai assez profondément méprisé pour refuser, si l'occasion s'était offerte, de lui tendre la main qui l'aurait tiré du péril de mort." Pourquoi, en   2007, cette haine n'a-t-elle pas désarmé : pourquoi  Péguy est-il appelé "l'ex-disciple devenu calomniateur sans vergogne" par M. Daniel Lindenberg ? Parce que "M. Daniel Lindenberg défend Herr et les socialistes  contre Péguy" . Or, en même temps, en 1992, on a appris ce mot de Charles de Gaulle :"Aucun  écrivain n’a eu sur moi pareille influence", et cette motion du P.S. : "l'hégémonie de l'idéologie marxiste a occulté le courant de pensée socialiste  venu de Pierre Leroux". Aussitôt, l'Appel à la vigilance lancé par Le Monde a déclenché "la terreur intellectuelle, mi-maccarthiste mi-stalinoïde", qui selon M. Pierre-André Taguieff intimide les médias et l'enseignement .
       Cette année, deux  brèches dans le mur du silence : Marianne a publié le 8 septembre Leroux  le socialisme encore possible , par M. Robert Redeker, et le 20, dans Le Point, M. Eric Besson a rappelé  que Romain Rolland a collaboré durant treize ans aux cahiers. Allié de Péguy, il a combattu  "la théocratie  athée organisée par  Herr", dénoncé  "l’autorité d'esprit despotique que Herr  exerçait sur son régiment", et  révélé que "le blocus fait aux cahiers par Lucien Herr a acculé Péguy presque à la mort et au désespoir" . Mais une fois devenu "le prototype de l'Intelligentsia occidentale tombée à genoux devant la bureaucratie soviétique" (l'expression est de Trotski, il a fait autant de tort  à Péguy que Lucien Herr. Dès 1927, il empêcha Boris Souvarine de publier Vers l'autre flamme, la Russie nue. En accusant Péguy de connivence avec George Sorel, il cautionna le mensonge de Mussolini : "Dans le grand fleuve du fascisme vous trouverez les courants de Sorel et de Péguy". En 1943 , Léon Blum s'est rallié  à  de Gaulle (c'est-à-dire à Péguy). Il n'était donc plus l'apôtre de ce qu'il avait  appelé le nouvel évangile humain selon Lucien Herr" (c'est-à-dire le pacifisme). Proclamé par Staline "le plus grand écrivain du monde entier", Rolland remplaça Blum et Jaurès. Et c'est sous   son pontificat que   Péguy fut mondialement traité de pré-nazi par Lukacs, en 1948, et de "vendu" par Henri Guillemin. Guillemin, "l'homme, disait Jean-Paul Sartre, qui a le plus fait pour me politiser". Favori des médias, Guillemin  se présentait  à la télévision comme "disciple marxiste de Lucien Herr". Herr  avait exercé "une influence  énorme et occulte dans le Parti socialiste tout entier" . Guillemin fut choisi par la Gauche Unie autour de François Mitterrand  comme Président de son Comité d'historiens. Et en 1971, en Sorbonne, le jury félicitait la thèse où on lit que "Péguy  fut traître" et qu'en 1839 "Balzac était sur la même longueur d'ondes que le matérialisme dialectique".
       En fait, Balzac reprochait à l'Académie des Sciences Morales et politiques d'écarter le "savant correcteur  d'imprimerie" devenu  directeur d'une série de revues. Cinquante ans plus tard,  Martin  Nadaud, Georges Clemenceau et Jaurès accusaient "les barons de l'Université  orléaniste", "les normaliens et les professeurs  des hautes études" d'avoir "annihilé l’apprenti maçon, quittant la truelle pour le composteur, devenu ouvrier typographe, penseur et homme d'action". En 1842, quand Leroux a dit aux philosophes allemands: "Allons, frères, marchez !", Marx est l'un de ceux qui ont abandonné Feuerbach. Le Père du socialisme", selon le "Parti Ouvrier Socialiste  Révolutionnaire", c'est Leroux, que Herr appelle "l'autodidacte subversif", en écrivant en 1890, dans le journal du P.O.S.R, que "le génie de Marx, c'est d'avoir répondu à l'appel qui vint de France". Mais c'est Marx qui est selon Engels "der Vater des Vernünftlichen Sozialismus" parce que le Materialismus  se déduit logiquement  de  l'Atheismus  feuerbachien. Et après avoir dit à Marx de "cracher" sur "les pierrelerouxistes","chiens, ânes et crapauds", Engels pousse Clara Lafargue, fille de Marx, à  lancer contre les "Normaliens", en 1893, le "Parti Ouvrier Français" de Jules Guesde, qu'il finance depuis une vingtaine d'années. En 1895, dès que se constitue la C.G.T., les guesdistes enfouissent dans les archives  l’irremplaçable, manuscrite et presque totalement inconnue Histoire de la Société typographique parisienne . Or cette Société se présentait véridiquement en 48 comme "la tête de colonne de la classe ouvrière". En 1896, Bernard Lazare  et Pelloutier sont privés de ce document indispensable au moment lancent L'Action socialiste pour "débarrasser l'Europe d'une fraction insupportable qui prétend imposer le socialisme d'Etat par la voie prussienne". Péguy est avec eux, et il s'aperçoit en 1899 que Herr et le Grand Orient de France préparent la réunion des  radicaux et des socialistes contre le papisme romain et le césaropapisme pétersbourgeois, ce qui suppose l'unification du P.O.S.R et du P.O.F.. Abonnés aux cahiers, Andler et Léon  Blum s'inquiètent. Herr rassure en soutenant que "la pensée française  est, par Jaurès, assez forte pour l'emporter sur la dure orthodoxie allemande". Pense-t-il encore à "l'autodidacte subversif"? Romain Rolland prévoit "la théocratie athée. Clara Lafargue en français, Rosa Luxembourg en polonais et Lénine en russe sont des feuerbachiens aussi orthodoxes que l'Autrichien Karl Kautsky. Péguy écrit en 1904:"Je persiste à penser que nos cahiers, tout rédigés qu'ils sont en français, forment en un sens une revue socialiste". Par ce qu'ils ont produit et par ce qu'ils ont fécondé, ses cahiers ont sauvé l'honneur de la France et l'honneur du socialisme. De Gaulle a dit : "Je lisais tout ce qu'il publiait".
       Le prestige de Herr demeure, en 2007,  un mystère : "il jouait derrière les coulisses" , avec des partenaires aussi secrets et muets que lui. En 1944, Romain Rolland peut parler impunément parlant de "son autorité d'esprit despotique", mais en 1913, en écrivant : "il jure et il sacre" Péguy perdait des abonnés. Herr  ne paraît jamais en public. On ne sait s'il est juif, catholique ou protestant. La bibliothèque de la rue d'Ulm reçoit et expédie un volumineux courrier. Et surtout Herr dispose de ce qui équivaut, rue de Grenelle, au tableau d'avancement dont le général André dispose au ministère de la Guerre. On sait qu'il parle en allemand et en russe. Il a étudié  en Allemagne et en Russie, et il garde des relations dans ces deux pays.  Sans aucun mandat, il a  fait du socialisme une unité et une Section (Péguy dit une "satrapie"). A contrecœur "Jaurès a plié sa nuque puissante sous le joug de la discipline organique" (encore une expression de Trotski). Il n'est qu'un porte-voix, en 1905, quand il appelle tous les exilés de la prison des peuples à s'unifier en Section pour gagner la lutte finale: "Le prolétariat russe, éduqué dans le secret de conciliabules mystérieux par   des propagandistes allant de Bakounine jusqu'au système de Karl Marx,  est capable d'aller plus loin que la bourgeoisie  française en 1789" Péguy riposte "jacasserie" , et il sait que Herr ne lui pardonnera pas ces deux mises en garde' :"Le peuple russe n'est pas mûr pour l'émancipation définitive. De la chute du tsar ne résultera pas forcément la fin de l'esclavage", et "l'erreur la plus grossière est de se représenter le prêtre Gapone comme un propagandiste révolutionnaire (il est le rival et au fond l'ennemi de tous ces révolutionnaires  professionnels)". En août 1905, il annonce "guerres de peuples, guerres de races, guerres de classes, massacres et boucheries, incendies et tortures, démagogies sanglantes et crimes insensés",  et il prédit à ces dictateurs du prolétariat qu'un jour, "leur soudaine et brusque banqueroute leur apparaîtrait, avec les spectres des jours anciens venant troubler leur sommeil, lorsque le Dieu qu'ils avaient outragé ressortirait du fond des solitudes". Il range dans un tiroir cette préfiguration du Rapport  Khrouchtchev, qui paraîtra en même temps que ce Rapport censuré par le P C.F. Il rappelle à ses lecteurs, le 1er octobre 1905, la rupture de 1902 :"Il y a des mots de Herr ou de Simiand à moi, des mots de moi à Herr et à Simiand qui projettent une  lueur d'orage  sur tout ce qui s'est passé depuis, tout ce qui n'est pas près de finir de se passer. Le 4 août, ami de Péguy et directeur de la Revue socialiste, Fournière écrit qu'aucune  volonté humaine ne pourra "faire confluer les deux courants". Ce jour-là, Herr  détruit tous ses papiers, faisant "de vingt ans de travail des mètres cube de débris".
       Gapone avait conduit une procession  d’ouvriers dans un guet-apens où les  Cosaques avaient  ouvert le feu. En 1906, il est assassiné, après être allé en Suisse, où Lénine lui demande  de l'argent  pour acheter des armes. Herr ne guérira pas de phases "d'inertie cérébrale, d'état passif, de stupeur, de  vide" . Il est à la merci de la police tsariste, des assassins, et de Lénine, qui veut que la France cesse d'armer la Russie tsariste. Lénine n'a peut-être  exercé aucune pression sur lui, mais Herr s'est toujours cru menacé. Vingt ans avant Romain Rolland, il est à genoux devant la terreur bolchevik. En 1890, il   bravait Engels, mais  il n'ose rien dire quand Lénine prolonge la voie prussienne : bifurcation après  Feuerbach, dépassé à gauche par Herzen qui aborde de près le matérialisme dialectique, avant de s'égarer dans la "béate rêverie" française. Révolutionnaire trilingue, connaissant à Paris nombre de Russes apparentés à Herzen, et disposant aux Congrès internationaux du plus puissant orateur, Herr aurait pu aisément ridiculiser le marxisme-léninisme. Mais il n'a rien dit, rien écrit, rien publié, faisant croire pour "brouiller ses traces" qu'il était absorbé dans un grand livre sur Hegel, et anéanti par la trahison de Péguy. En 1869, Madame Lucien Herr ne pouvait pas être détrompée. Elle  me répondait : "Vous n'avez pas compris la bonté et la générosité si profondes de mon mari.  La  conduite de Péguy a été pour mon mari la plus douloureuse désillusion d'amitié qu'il ait jamais eue. Il n'y faisait jamais allusion et ne m'en a parlé que deux fois, en 1912 au début de notre mariage, pour que je sache ce qu'il en était, et en 1926, la veille de sa mort, où il m'a donné plus de détails, mais la blessure était restée à vif".
       Herr n'ayant pas chargé Jaurès de défendre la pensée socialiste française, le Congrès de Stuttgart a confié à Lénine et Rosa Luxemburg    la rédaction de  son Protokoll (compte-rendu). Allié à Durkheim et à Simiand, Herr était devenu hostile à la "rêverie" quarante-huitarde,  comme Auguste Comte et Renan. Jaurès, lui, conservait à Albi, chez Enjalran, l'article où il avait  écrit : "le visage du Christ rayonnera de nouveau", et c'est chez Enjalran  qu'en août 1905, il a questionné Raoul Labry sur l'influence de la pensée socialiste française en Russie. En prouvant que "Herzen  était le Pierre Leroux de la Russie, ou encore  "le Jaurès russe", Labry a été raillé par les maîtres de la slavistique, Isaiah Berlin  disant à  Oxford, que "Herzen et Bielinski ne doivent rien  à Leroux et tout  à Feuerbach", et Alexandre Koyré enseignant aux Hautes Etudes parisiennes que, "pour Herzen, dont la pensée dès le début avait été nourrie par la pensée allemande, la philosophie de Pierre Leroux devait paraître  bien insuffisante". Victimes de la défaillance de Herr, ces deux anti-léninistes disaient la même chose que Lénine. Mais Boris Souvarine m'a dit que "les deux thèses de Raoul Labry sur Herzen n'ont jamais été ni rééditées  ni surpassées". Il était mieux informé sur Leroux que personne grâce à son ami David Riazanov, directeur de l'Institut Marx-Engels de Moscou, que  Staline a fait   fusiller. Depuis douze ans, on peut lire ce que Herzen et Bielinski, à Paris, en 1848, entendaient dire sur le combat de Leroux contre les calotins et les filosofi salariati. Le 18 septembre, à l'Assemblée Nationale, l'Archevêché et l'Université avaient solennellement ostracisé Leroux par la voix de Montalembert et par celle de  Jules Simon. Quelques jours après, au Banquet typographique, Duchêne ripostait  "aux   pontifes et aux docteurs du catholicisme", "aux doctrinaires du libéralisme" et "aux philosophes ennemis de l'intelligence :
       Il y a dix-huit cents ans, un homme parcourait la Judée, sans crédit, sans fortune, sans autre influence que celle de sa parole. Mais cette parole était plus brûlante que la flamme, plus tranchante que le glaive, car c'était une parole de fraternité, d'égalité, de liberté. Barbare et séditieux, selon ceux qui l'ont voué au supplice,  il était  le Régénérateur du genre humain. Est-ce que les victimes ont jamais manqué aux bourreaux ?"
        "Ce discours, écrit Joseph Mairet, produisit un enthousiasme  indescriptible, unanime. Pierre Leroux, surtout, jubilait ; sa belle et large figure s'épanouissait d'aise en agitant son épaisse et longue chevelure qui inspira si souvent le crayon des caricaturistes, entre autres lorsqu'ils représentaient Proudhon assis à l'Assemblée nationale au dessus de Pierre Leroux et se servant de sa chevelure dessinée en tignasse comme d'un manchon". Martin Nadaud, délégué des maçons, assistait avec Leroux à ces Banquets. C'est au nom de la classe ouvrière  qu'il parlait, à Londres aux exilés de divers pays européens, puis, de retour en France, aux amis de Leroux réunis au cimetière Montparnasse, et à son ami Clemenceau. Ignorée par la Sorbonne, cette tradition orale a été transmise par les cahiers à Boris Souvarine, ouvrier parisien né en Russie, "captivé par Péguy"   avant 1914, ainsi qu'il me m'a écrit.  En  1920, au Congrès de Tours, il vota contre Herr, et siégea avec Lénine au Bureau de la Troisième Internationale. En 1983, soutenu par lui, mon livre sur Pierre Leroux et les socialistes européens sembla au  nouvel observateur "une accusation terrible, en particulier pour les spécialistes de l'histoire du socialisme", et amena Pierre Daix à demander dans le Quotidien de Paris "une véritable  réévaluation des sources mêmes des idées socialistes, car rarement l'histoire a été aussi faussée que celle du socialisme français". Ce livre décida Raymond Aron à découvrir Leroux qu'il ne connaissait pas, et le cardinal de Lubac à réviser ses affirmations récentes en m'écrivant "c'est toute une histoire faussée ou occultée que vous ressuscitez". Mitterrand comprit que "les carences dans l'enseignement de l'histoire " entraînaient "la perte de la mémoire collective", et que la fondation de l'Europe avait besoin de l'autre "histoire", celle que faisait connaître notre Memorandum. En 1944, elle aurait été mise au  programme par Jean Zay , sans la Milice qui en l'assassinant empêcha de Gaulle et Léon Blum de  le  nommer à la rue de Grenelle. Elle serait enseignée à présent, si le Ministère de l'Education nationale avait soumis notre Memorandum à l'"examen attentif" qui lui était "prescrit" en 1990 par M. Michel Rocard, Premier Ministre. Mais le corporatisme universitaire liguait Radio France et la Société des Etudes Jaurésiennes contre mon livre, a priori, sans l'ouvrir, étant donné que Pierre Leroux était "très catholique",  et Bernard Lazare "tout sauf socialiste". Magister dixit. Lucien Herr a voulu que  Péguy dorme dans sa tombe. Donc, selon le Monde, M. Lionel Jospin, Premier Ministre, suivait en 2001  "un maître à penser de la gauche américaine" , quand il a invité les nations européennes à "s'inspirer de Pierre Leroux".

       En  mémoire du fondateur du Globe, du gérant des cahiers et de Roger Secrétain, je prie les directeurs  de journaux et de revues de faire, comme la Fédération Typographique, l'aggiornamento  que refusent les intersyndicales enseignantes.

                                   Jacques Viard

Tout en sachant  que "Herr "brouillait ses traces", Charles Andler croyait que "la guerre l'avait rendu plus doux, et qu'il était allé sur la tombe de Péguy, se réconcilier avec cet ingrat.

M. Nicolas Weill le Monde, le  22 novembre  2002

En 1964, à Alain Peyrefitte, qui ne comprit pas sur le champ. Mais il m’écrivit quarante-quatre ans plus tard : "Leroux, Dreyfus, Péguy, le socialisme non marxiste mais républicain et de Gaulle lui-même vous devront beaucoup. J'admire la constance et la générosité avec laquelle vous avez poursuivi votre combat pendant tant d'années. Mais peut-être n'en fallait-il pas moins pour permettre à chacun d'effectuer ses conversions sans trop perdre la face."

Les contre-réactionnaires, Denoël, mars  2007,  spécialement aux pp. 54 et 85

En rendant compte de l'anthologie  de Pierre Leroux, inventeur du socialisme, présentation  de Bruno Viard, dans une collection dirigée par  M. Vincent Peillon.

Péguy, 1944, p. 312

C'était, a dit  Manès Sperber,  avant toute menace nazie"

Le  19 juillet 1939, un mois avant que le Reich et l’URSS "délimitent leurs sphères d’influence respective en Europe orientale", Blum approuvait encore le "projet de paix, de désarmement et de conférence internationale" du régiment de Herr (Ligue des Droits de l'Homme, Rassemblement populaire, Comité de vigilance des intellectuels antifascistes)

Charles Andler ("l'ami de quarante ans") Vie de Lucien Herr, 1932

Editée pour la première fois en 1995 cf. Infra et notre Bulletin n° 13, 1997

' Poirot, en poste en  Finlande, à Péguy en décembre 1913

Sévèrement jugée en 1937 par Tchernov, Juif russe, accusant la S.F.I.O. d'avoir poussé les réfugiés de toutes les minorités nationales à entrer dans "l'unité socialiste", vestibule du "Paradis terrestre gardé par des gendarmes", De l'affaire Dreyfus au dimanche rouge, 1937.

Il faudra la chute  du mur de Berlin pour que la Fédération des ouvriers prenne le deuil des républiques qui s'étaient proclamées socialistes,  et auxquelles, malgré leurs défauts, nous avions cru" .En 1990, au ministère de l'Education nationale et même  dans le cabinet ministériel, on croyait encore, selon M. Lionel Jospin à la valeur politique de la révolution d'Octobre et à "la valeur économique et sociale des innovations léninistes"(Le monde tel que je le VOIS,2005).

  Herr à Mme Léon Blum, Fonds Léon Blum, cité par Ilan Greilsammer, Professeur des sciences politiques  à l'Université de Bar-Ilan à Jérusalem, Blum, Flammarion, 1996,  pp. 251 sq.  115.

Le problème aujourd'hui c'est d'inspirer le respect de la propriété à des gens qui ne sont pas propriétaires. Pour cela, une seule recette, c'est de leur faire croire en Dieu, et non pas au Dieu vague de l'éclectisme, mais au Dieu du catéchisme, au Dieu qui a dicté le Décalogue et qui punit éternellement les voleurs".

Cité par moi, Pierre Leroux et les socialistes européens, 1983, p.11.Le mensonge ne faisait pas peur à Herr, et M. Lindenberg a écrit en 2001 : "Boris Souvarine s'intéressera de plus en plus à Péguy à un stade ultérieur de sa vie, comme il le confiera à Jacques Viard", La postérité des cahiers de la quinzaine, Bulletin de l'Amitié Charles Péguy, n° 93, janvier-mars  2001, p. 150

Il venait d'être élu comme marxiste avec le soutien du Comité Guillemin. Dans son Péguy, Guillemin  venait de m'appeler "zélateur". Le 11 décembre 2004,  le Monde a reconnu que "la culture historique de Guillemin était insuffisante".

Loué en 2005 par M. François Fillon, ministre de l'Education nationale, cf. notre Bulletin  n° 18.

En attendant la refondation, le Monde, 8 juin 2002.