Association des Amis de Pierre Leroux
40 RUE PAVILLON, AIX-EN-PROVENCE 13100,

Tél 04 42 38 44 23, CCP MARSEILLE 3824 96 W www.amisdepierreleroux.fr

email : amisdepierreleroux@free.fr

Le 20 septembre 2011

A la mémoire de Philippe Séguin, Président de l’Assemblée nationale, que je n’ai jamais rencontré. Il m’a dit par téléphone qu’en suivant les cours de François Guiral à l’Université d’Aix-en-Provence, il avait l’impression d’être mon élève.

L'histoire ressuscitée

Clemenceau et Péguy combattaient ensemble l'idéologie de Maurras et celle de Lucien Herr. En 1903, Clemenceau éditait en sept volumes (quatre mille pages) les dépositions recueillies à huis clos par la Cour de Cassation et son Discours Pour la liberté était édité par Péguy aux cahiers de la quinzaine. Le 4 avril 1941, par ordre de l'amiral Darlan et du ministre de l'Instruction publique, ces volumes de Clemenceau furent retirés des bibliothèques publiques. Le régime de Vichy effaçait le dreyfusisme, il faisait de Péguy le précurseur, le « Jean Baptiste » de Hitler, afin que la France passe dans l'Europe fasciste devant l'Italie de Mussolini et l'Espagne de Franco. Le 11 novembre, de Gaulle a riposté par un magnifique éloge de Clenenceau, et ces quatre mille pages auraient dû être rééditées à la Libération. Mais en 1995 Maurice Thorez proposa à Guy Mollet une union fondée sur « le matérialisme dialectique de Marx et Engels, enrichi par les trouvailles de Lénine et de Staline », et on continua à enseigner, même à 1'Ecole normale supérieure, que Péguy avait fondé « le national-socialisme à la française ». En 1963, quand la revue parisienne la plus prestigieuse, Les Temps modernes de Jean-Paul Sartre, dit que Péguy s'était « vendu », la ville natale de Péguy demanda à Gaulle de venir y présider un colloque. Mais Orléans ne possédait pas d'Université, son Maire, Roger Secrétain, n'était pas bachelier, et je n'avais rêne pas la licentia docendi historiam. C'est à moi pourtant que le C.N.R.S. confia l'inventaire des cantines qui avaient dormi1 durant un demi-siècle dans la cave à charbon de Mme Charles Péguy. Ces archives prouvaient qu'avant et après les quatre années de tyrannie maurrassienne une hégémonie « athéocratique » 2  avait dominé « la Sorbonne bourgeoise et capitaliste » »(ainsi disait Péguy d’abord, elle avait ignoré, ou, passé sous silence » le mouvement que le Conseil municipal de Boussac (Creuse) commémorait en 1896 en élevant un monument à « Pierre Leroux, Père du socialisme et de la solidarité », et en diffusant cette déclaration de Clemenceau : « Nous avons gardé de la pensée de Pierre Leroux deux mots, socialisme et solidarité humaine ». Ensuite, entre les deux guerres, elle avait ignoré « les écrivains prolétariens » qui associaient au souvenir de Leroux le souvenir de Péguy : en juillet 1939, dans Le Peuple, hebdomadaire de la C.G.T., Henry Poulaille, conseiller littéraire de la C.G.T. faisait l'éloge de « ce catholique au catholicisme bien à lui, qui avait gardé son sens socialiste de la vie, des hommes et des faits ». Et en 1948, dans la revue Maintenant, Poulaille reproduisait la riposte de Leroux à Blanqui : « Et si Jésus avait raison ? »3. Enfin, en province, en même temps que Péguy, George Sand et Leroux commençaient à revivre, surtout grâce à Jean Gaumier4 à l'Université de Strasbourg, En 1972, les Actes du Colloque souhaité par de Gaulle ont paru, préfacés par cette Lettre d'un professeur de littérature à un professeur d'histoire : "Nouveau Diderot de l'Encyclopédie nouvelle, initiateur de George Sand dans sa « transformation » et (avec son aide) dans la conversion des autres génies de l'époque à la République sociale, c'est Leroux que de plus en plus on découvrira à l'origine de l'éducation socialiste qui atteignit son point le plus haut juste au début de ce siècle 5». Une sorte de rivalité commença entre Aix-en-Provence, où je venais d'être nommé, et la Sorbonne, qui se considérait comme l'unique Université française. Elle m'écrivit en 1977 qu'elle repoussait « [ma} thèse centrale et permanente d'une pensée philosophique et politique de Giono formée par un socialisme français du XIXème siècle, qu'il aurait puisé essentiellement chez Sand et Leroux. » Elle attendit 1995 pour reconnaître qu'en 1949 « Giono avait donné à Proust un successeur », et 2009 pour s'incliner devant « le puissant courant religieux qui va de Leroux et George Sand à Péguy »6.

Député Maire d'Epinal, Philippe Séguin n'avait pas fait ses études à la Sorbonne. Ayant eu François Guiral comme professeur d'histoire moderne et contemporaine à la Faculté des Lettres d'Aix-en-Provence, il présidait le conseil d'administration de l'Institut aixois des sciences politiques. Premier Président de la Cour des Comptes, c'est à son aide qu'en 2008 la Société internationale d'Histoire de l'Affaire Dreyfus a fait appel pour obtenir les subventions nécessaires à la réédition intégrale des quatre mille pages de Clemenceau, et deux jours avant sa mort il a répondu A Michel Drouin7, Secrétaire général de cette Société « vous pouvez compter sur mon appui total ». Il n'était pas guidé par un pur désir d'érudition, mais par la volonté de ranimer malgré les maurrassiens et les marxistes le mouvement qu'on appelle tantôt dreyfusisme et tantôt gaullisme : en 2009, il préfaçait la réédition d'un des volumes interdits par Vichy, en répétant l'engagement que Clemenceau avait pris en 1903 : « nous voulons réformer le mal social d'où le mal particulier est sorti, nous nous sommes proposés de reconstituer dans les âmes la cité de justice et de liberté ». En 1991, au moment où le Parti socialiste faisait ce qu'il faisait prendre pour son aggiornamento, il avait en qualité de Président de l'Assemblée nationale, préfacé Clémenceau en son temps, Guiral se référait à notre sixième Bulletin en plaçant Clemenceau et Péguy entre Leroux et de Gaulle. Au Congrès de Strasbourg, en avouant que « l'hégémonie idéologique du marxisme a occulté le courant de pensée socialiste qui chemine de Leroux à Jaurès », le P.S. nous empruntant un nom pour remplacer un slogan usé, mais il ne remplaçait pas le porte-voix (Jaurès) du

Sphinx (Herr) de la rue d'Ulm et il continuait à exclure ceux (Clemenceau et Péguy),  qui avaient combattu ses « conciles de pions » et son antipatriotimne. Cette année-ci enfin, en septembre, on imprime le nom de Herr, en citant son épouse comme une autorité opposée à celle de Philippe Séguin dont arte s'inspirait en janvier. En 1942, Vichy avait emprisonné Léon Blum au château de Bourassol. La veuve de Herr lui a rendu visite, et par la suite elle a dit qu'il est demeuré « jusqu'au bout fidèle à Lucien Herr, son maître et son ami.8 Cela est garanti par FR3, et aussi par TFI et France culture 9, qui semblent ignorer qu'en 1943 Himmler a transféré Blum en Allemagne, à Buchenwald, dans son rendez-vous de chasse où il a eu Georges Mandel comme codétenu. En janvier 2011 arte avait garanti que selon Philippe Séguin le disciple de Jaurès a fait appel à de Gaulle en 1943 sous l' influence du disciple de Clemenceau. J'ai consulté Mme Lucien Herr en 1967. Elle m'a dit : « Péguy était un méchant fou, n'est-ce pas », elle m'a écrit: « vous n'avez pas compris la bonté et la générosité si profonde de mon mari. Il n'a jamais fait de mal à Péguy et n'a fait que souffrir des coups qu'il a reçus. La conduite de Péguy a été pour mon mari la plus douloureuse désillusion d'amitié qu'il ait jamais eue ». Elle répétait ainsi ce que Herr, en 1926 sur son lit de mort, lui avait dit de redire. 1l lui avait caché qu'en 1920, en condamnant à l'oubli les Œuvres inédites, il avait écrit cette malédiction de Péguy : « C'est peut-être le seul homme que j'aie assez profondément méprisé pour refuser, si l'occasion s'était offerte, de lui tendre la main qui l'aurait tiré du péril de mort »10. Léon Blum, lui aussi, avait été ensorcelé, et en 1943 Georges Mandel 1`a aidé à se délivrer. Quarante ans plus tard, le cardinal Henri de Lubac m'écrivait : « C'est toute une histoire, occultée ou faussée, que vous ressuscitez », et que11 France culture mit aussitôt à l'Index. A 1'Elysée, François Mitterrand était « angoissé par la perte de la mémoire collective que causent les lacunes dans l'enseignement de l'histoire », Philippe Séguin lui a fait lire notre Bulletin. Par le livre ou par le

cinéma, il pensait que pour réveiller la mémoire collective 1'Education nationale et les médias devraient rendre aux professeurs d'histoire, de philosophie et de littérature ce qui a été occulté ou faussé par Vichy et par le marxisme.

 

 

1.       Ayant obligé Péguy à s’autocensurer, Lucien Herr redoutait la publication des inédits, et en 1920 il a ordonné de « laisser Péguy dormir dans sa tombe, qui n’est pas celle d’un héros »

2.       Mot et idée empruntés à l’article « Théocratie » de l’Encyclopédie nouvelle par George Sand contre Blanqui et par Romain Rolland contre Herr.

3.       Mais Staline avait ordonné aux historiens français et à la collection Les Classiques du peuple de prendre Blanqui pour modèle.

4.       Agnostique, comme Roger Secrétaire et Henry Poulaille.

5.       L’Esprit républicain, Colloque d’Orléans, 4 et 5 septembre 1970, p. 1970, p.1

6.       Alain et Arlette Michel, professeurs émérites à Paris IV-Sorbonne,  La littérature française (1800-2000) et la connaissance de Dieu, quatre mille pages, 2008

7.       Un immense merci à Michel Drouin, ami lui aussi de Leroux et de Péguy et de François Guiral, qui m’apprend tout cela.

8.       Dominique Missika, Je vous promets de revenir, 2009

9.       Qui diffusent Thérèse et Léon, le prénom de la deuxième épouse de Léon Blum détournant l’attention vers (1936, congés payés.

10.    Lettre du 17 août 1920 à Albert Houtin, citée par Antoinette Blum, in Les écrivains et l’affaire Dreyfus, Orléans, 1983

11.    Pierre Leroux et les socialistes européens.

 

 

Jacques Viard, professeur émérite de littérature comparée à l'Université de Provence, Président de l'Association de Amis de Pierre Leroux, interdit d'antenne

 

CECI EST L'INTRODUCTION DE NOTRE VINGT ET UNIEME BULLETIN (CENT CINQUANTE  PAGES,  20 EUROS) QUI  CONTIENT TROIS .ARTICLES :

* MALWIDA VON MEYSENBUG ET ALEXANDRE HERZEN, PAR FRANCOISE GENEVRAY, PROFESSEUR DE LITTERATURE RUSSE  A L’UNIVERSITE LYON III,

* L’ALLIANCE FRANCO-TCHECOSLOVAQUE COMME DENEGATION DE LA DEFAITE FRANCAISE DE 1918 PAR EUGENE FAUCHER, PROFESSEUR DE LITTERATURE ALLEMANDE  A L’UNIVERSITE DE NANCY

*PIERRE LEROUX, GENIE EUROPEEN CHASSE DE FRANCE, PAR JACQUES VIARD, DONT VOICI LE SOMMAIRE

« UN ENSEIGNEMENT SUPERIEUR EXTERIEUR À LA SORBONNE » DEPUIS LE GLOBE (1825) ET LA RENCONTRE DEMOCRATIQUE DE 1843 - LE MOUVEMENT VAUDOIS EUROPEEN ET LES EVANGELISTES DISSIDENTS FRANÇAIS ET RUSSES – PROSCRITS ET EXILES VOLONTAIRES, COMBATTUS PAR LE SOCIALISME VIRIL ». PAR LE GRAND CONSEIL ACADÉMIQUE DE FÉVRIER 1851, PAR « LA VOIE PRUSSIENNE » ET PAR LE « PAPISME » POSITIVISTE OU BUCHEZIEN, GEORGE SAND,  BERNARD LAZARE,  PEGUY, MARCEL PROUST ET GIONO, « LES APPELANTS AU FUTUR CONCILE EN ÉTAT DE PROTESTATION PACIFIQUE ET D’ATTENTE JUSQU'AU JOUR OÙ UNE ASSEMBLÉE MIEUX AUTORISEE DE DOCTEURS ET DE JUGES SE PRONONCER AIENT SUR LEUR APPEL » (.CHARL ES RENOUVIER).