Jacques Viard

Lettre ouverte à Madame Christiane Taubira

                                                                                                                               A Madame Christiane Taubira,

                                                                                                                               Député de la  Guadeloupe,
                                                                                                                                Palais Bourbon

                                                                                                                               le 10 mai 2006

          Madame

 

         En 1842, dans la Revue indépendante de Pierre Leroux et George Sand, Victor Schoelcher a publié un article sur La révolution à Haïti. Trois ans plus tôt, Leroux avait écrit dans l'article « Egalité » de    l'Encyclopédie nouvelle : "Eve est l'égale d'Adam" et "ce Noir, quoi que vous disiez, est un homme". En 1844, à la rencontre des Rüssen, Franzosen   Deutschen zusammen, Leroux et  Schoelcher   demandent à  Marx et Bakounine si leur athéisme est compatible avec la démocratie. Le 28 novembre 1851, John Stuart Mill félicite Leroux représentant du peuple :"L'assurance, donnée dans votre discours, de l'adhésion générale des Ouvriers socialiste aux principes de justice et d'égalité dans la relation politique des deux sexes fait le plus  grand honneur aux sentiments et à l'intelligence de la classe ouvrière en France, sur laquelle reposent, aux yeux de tous ceux qui comprennent l'époque, les plus belles espérances d'amélioration dans le sort de l'humanité". En exil,  malgré le constant soutien de   Schoelcher,  Leroux sera  escamoté   par  Marx, Bakounine et Hugo, qui seront  portés aux nues  par la  Sorbonne. En  particulier par Jaurès,  en 1902 et en 1905, comme je    viens de le rappeler dans la Lettres ouvertes  sur Léodile Champseix  pour laquelle Mme Ségolène Royal me remercie "bien cordialement", en  demandant  à ses supporters de prendre  de Gaulle   comme modèle. A la présente lettre je joins les copies des pages 12,13 et 14 de notre quatrième Bulletin (1987), la copie des  pages 14,15 et 140  de mon récent livre Pierre Leroux, Charles Péguy, Charles de Gaulle et l'Europe(l'Harmattan, 2004), et deux  pages deMadame Fernanda Gastaldello (Université de Padoue, 1979) reproduites l'une  en 1984 et l'autre en 2001 par l'Association André Léo de Lusignan.

         Ignorée par l'Education nationale,  la romancière André Léo  n'était   oubliée ni dans le pays chauvinois, ni en Italie où elle avait été exilée. Mais la volte-face de François Mitterrand résultait en 1986  de ce que notre Bulletin disait en citant, d'après l'Istituut voor sociale Geschiedenis d'Amsterdam, les archives de Lucien Descaves où   André Léo retrouve son vai nom de Léodile  Champseix. 

         En souhaitant que vous puissiez briser "la conspiration du silence", le "savant boycottage organisé" dont Leroux se plaignait en 1842 et Péguy en 1908, j'adresse copie de la présente lettre à Messieurs les Ministres de l'Education nationale et de la culture, au Président du CSA, au Pdg de Radio France, au Directeur de France culture et aux présidents ou premiers secrétaires de l'UMP, de l'UDF et du P.S. Et je vous prie de croire, Madame, à mon sincère dévouement

                                                   Jacques Viard

 

         Le monument de Leroux à Boussac fut décidé en 1896 à la suite des efforts de Schoelcher,  de Martin Nadaud, de  Camille Pelletan, de Jean Allemane et  de Clemenceau pour   "réunir tous les fils de la Révolution", exilés ou non au 2 Décembre, anciens Commmunards ou non. Léodile et Descaves étaint proches de ces admirateurs de Leroux.  Lucien Herr avait été  entraîné par eux  mais en 1899 il écrivit      au durkheimien  François Simiand, : "nous ferons notre trou par l'enseignement primaire et primaire supérieur". Alors,  à la rue d'Ulm, sous les yeux de Péguy et  de Bernard Lazare,   Jaurès devint "un fétiche véritable". Virilisé par les sociologues (positivistes, proudhoniens ou marxistes),  le socialisme devint "une chose  de calcul" ( Marc Bloch  méprisera "cette affaire  de gros sous, et même de petits sous").  En luttant contre cette  "arrogante et fainéante scolastique de nos intellectuels", Fournière  demande que l'on fasse de George Sand "une  autorité, un éducateur pour la France", et il   félicite Péguy, le 31 décembre 1907,   pour "la flânerie aux bords de la Loire" que Proust admirait.  (Je prie le lecteur de se reporter à la p. 40 du Bulletin 18), Adversaire de Proudhon, Juliette Adam présidait le Comité de Boussac. Admirateur d'Auguste Comte, Lanson se moquait du Compagnon du tour de France.   Avec   lapropriété et la patrie, la famille est aux yeux de Leroux   un besoin  pour chaque enfant et chaque adulte.. C'est ce que devait dire selon Péguy le  journal vrai. "L'enseignement supérieur extérieur à la Sorbonne" revient , du Canada et d'Italie à  deux associations. En traduisant   les Berkeley, Condillac, et  de l'Encyclopédie nouvelle etc. ,     Griffiths explique aux Amis de Pierre Leroux "le rôle prépondérant que   Leroux attribue  au sentiment  (le coeur)". Et  à l'Association André Léo Fernanda Gastaldello fait parfaitement comprendre les   "antiproudhonienne sous le second empire" par une citation  et par un dessin : 

Activité amour intelligence