SOMMAIRE des N° 2 – 3

  (Mars 1986)

 

ENVOI - Aux responsables de la politique française.

 

PAGES OUBLIÉES (1851), de Pierre Leroux. 1 - Sur Jésus Essénien.
2 - Sur les «corporations nouvelles».

 

CHRONIQUE, CORRESPONDANCE, NOTES DE LECTURE
Boris Souvarine - Simone Weil - Marcel Proust - Bernard Lazare Kropotkine - Camus -Bakounine, Marx et «un écho» de Leroux - De l'Humanité - C.N.R.S. - Colloque d'Orléans - Ceux qui, selon Péguy, «sont tus, ignorés, passés sous silence» - en U.R.S.S., Angleterre ou Roumanie comme en France - Fournière, ami de Leroux, de Jaurès et de Péguy - La synthèse des Lumières et de l'Illuminisme - Le mouvement des femmes et Flora Tristan - Jules Lequier - Les deux grands critiques qui ont su apprécier Leroux : Balzac et Heine - Alexandre Weill, Moses Hess, père du «marxisme infantile» et juge du marxisme adulte - George Sand en Russie - Jean-Jacques et Louis Blanc - Contrefaçon proudhonnienne et ersatz marxiste - Les socialismes français (Colloque, Paris, rue d'Ulm, les 2, 3 et 4 mai prochains) - Leroux dans «Romantisme» et dans la «Revue d'histoire littéraire de la France» - «La France libre», exilée à Jersey, Londres et Genève, à qui l'on a fait tort - Les fédéralistes ou anarchistes que l'on appelle proudhoniens - Les Communards internationaux amis de Leroux - Centro Péguy de Lecce et Centre Péguy d'Orléans Léon Emery - Roger Secrétain - Les archives des «cahiers de la quinzaine» - Les «difficiles arbitrages» d' «Esprit». Lettre à un évêque français.

Pourquoi Pierre Leroux ? par Jacques Birnberg.

Leroux, Péguy, Souvarine contre «le despotisme des intellectuels» par Jacques Viard.