Lettre du Cardinal de Lubac, datée du   11 mars 1983,

à propos de Pierre Leroux et les socialistes européens  :

 

       Combien je vous remercie ! C'est d'un intérêt prodigieux. Vos lectures sont immenses. Vos nombreuses citations sont toujours significatives. C'est toute une histoire, occultée ou faussée [1] , que vous ressuscitez.  L'essentiel de votre thèse me paraît tout à fait juste, et vous y apportez ici des preuves supplémentaires. "Socialisme" est un mot vague, qui couvre bien des marchandises  Le marxisme n'a aucun droit à l'accaparer, ni à reconstruire une histoire qui lui permette ce rapt. Les deux cas (entre autres) de Leroux et de Péguy, sont, sous ce rapport, exemplaires. Leroux, j'en conviens encore, mérite d'être mieux connu et par là même d' être en quelque sorte "réhabilité".[...]



[1] J’ai cité plus haut ce que  Pierre Daix allait dire dans “Le Quotidien de Paris”  du 5 juillet 1983, et Michel Le Bris, le mois suivant dans “le nouvel observateur” . Les professeurs d’histoire gardèrent le silence, sauf deux, qui d’un mot  ont cherché à discréditer  ce livre.

© Les Amis de Pierre Leroux 2003