Jacques Viard
     Les Entretiens de Vaugines (vidéo)
      (12-13 avril 2010)
De Pierre Leroux à Charles Péguy et à la France libre

 

Jacques Viard, chez lui à Vaugines

 

 

 

 

 

 

 

 

(Cliquer ici pour voir les videos)


Ce film présente, en huit entretiens de 26 minutes, l’œuvre d’une vie, un panorama des XIX° et XX° siècles, une lecture qu’on peut dire dissidente de l’histoire. Héritier du meilleur de la culture européenne, inventeur vrai du socialisme, Pierre Leroux (1797-1871) est l’initiateur d’un courant fécond, de portée européenne, qui fut combattu par le Vatican autant que par le Kremlin. Cette tradition est la seule à pouvoir régénérer la culture européenne. Péguy et Jaurès en sont les héritiers mais leur brouille et l’annexion de Jaurès par le marxisme constituent une péripétie importante de cette histoire.
Autant que son propos, l’inspiration passionnée de Jacques Viard, son humour et son éloquence familière, donnent à  ces entretiens leur ton inimitable.

 

IN MEMORIAM

L' Association des Amis de Pierre Leroux a la douleur de vous faire part du décès de son président, survenu le vendredi 6 juin 2014. Jacques VIARD s'est éteint à l'âge de 94 ans, terminant un article qui paraîtra dans le prochain numéro de Commentaire. Il a été inhumé au cimetière de Vaugines, ce petit village du Luberon qu'il aimait tant.

En hommage :

Jacques Viard

Pour Jacques

Textes de Leroux lus sur la tombe de Jacques Viard

 

À la fin du mois de mai 2015, un an après la mort de Jacques, Louise Viard, 94 ans a rejoint son époux. Jacques et Louise avaient passé 68 ans côte à côte. C’est l’union étroite de ce couple qui a permis la création et le développement de l’Association des Amis de Pierre Leroux.

Le dernier numéro du Bulletin des Amis de Pierre Leroux paru en juillet 2013 est disponible (numéro 21).

Bruno Viard, fils de Jacques et de Louise, vient de publier Amour-propre. Des choses cachées depuis le commencement du monde au Bord de l’Eau. On pourra y découvrir que Pierre Leroux joue le rôle de fil à plomb dans cette étude à portée anthropologique.

Le Bord de l’Eau, qui avait déjà publié l’Anthologie de Pierre Leroux, projette de publier en 2016 tous les textes de Leroux parus à la Revue encyclopédique.  

A signaler, par ailleurs, Quand les socialistes inventaient l’avenir à La Découverte, 2015, par un collectif d’historiens, économistes et  philosophes. Cet ouvrage est un inventaire très complet et très approfondi de la presse socialiste des années 1825à 1830. La place de Pierre Leroux y est éclatante comme en témoigne l’index où c’est son nom qui est le plus référencé.

 

Actualité :

Quand les socialistes inventaient l'avenir (1825-1860) (voir "En bref")

Editoriaux, Lettres ouvertes :

 

Janvier 2014.

 

En 1896, Péguy et ses camarades cotisaient chaque mois afin de pouvoir écrire dans le journal vrai ce que le parti socialiste français a dit en 1991 : « l’hégémonie de l’idéologie marxiste a occulté le courant venu de Leroux ». Cette motion du congrès de Strasbourg n’a pas été médiatisée. Les historiens de l’union de la gauche se fiaient au président de leur comité, Henri Guillemin, selon lequel Leroux, « prudentissime et cauteleux », a peu milité, entretenu par la châtelaine que Proudhon appelait « la putain, la catin, la fille au marquis de Sade ». Guillemin, « le meilleur historien marxiste » selon Sartre, avait déjà écrit que Péguy s’était  « vendu » en trahissant Jaurès. La Société des anciens élèves de la rue d’Ulm n’avait pas porté plainte. C’est cette soumission, cette   subordination à l’idéologie marxiste que le cardinal Daniélou reprochait aux universités françaises, en 1972, en employant le mot « décadence » dans La culture trahie par les siens.(...) (télécharger la suite)

 

 

Aucune anthologie sérieuse des œuvres de Pierre Leroux avant A la source perdue du socialisme français par Bruno Viard, Desclée de Brouwer, 1997, actualisé en 2007 par Anthologie de Pierre Leroux inventeur du socialisme, Le Bord de l’eau.

dont je ne suis pas membre. Simple professeur de Lycée, j’ai protesté à leur place dans le Feuillet 97 de l’Amitié Charles Péguy, 1962.

 

 

 

  REPONSE A MONSIEUR VINCENT PEILLON, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE, ET A MONSIEUR REMY    PFIMLIN, PRESIDENT DE FRANCE TELEVISIONS

 

 I.Censure, autocensure et secret défense

       En 1946, de retour en France, Maurice Thorez proposa à Guy Mollet « une union fondée sur le matérialisme dialectique de Marx et Engels, enrichi par les trouvailles de Lénine et de Staline ». Exilé à Colombey-les-deux-églises cette année-là, de Gaulle n’intéressait pas les intellectuels : catholique comme Maurras ou Barrès ou Péguy, il n’avait pas d’ « idéologie ». Mais, quand il revint et présida la République, Péguy fut accusé par le meilleur historien marxiste (...) (lire la suite)

 

1er novembre 2012 :
Sommaire du Bulletin n° 21 (à paraître) et lettre ouverte à M. Vincent PEILLON

 

Août 2012 :

« LE CRIME » COMMIS SELON PEGUY
CONTRE « LE PLUS GRAND MOUVEMENT DES TEMPS MODERNES »
A nos lecteurs allemands anglais, belges, canadiens,
hollandais, italiens, japonais, marocains, suisses,
tchèques, USA, etc
Lettre-préface à Monsieur Vincent Peillon, Ministre français
de l’Education nationale
Monsieur le Ministre,
Lorsque vous étiez député européen, vous avez fait
l’éloge à Marseille de ceux que le Mouvement de la Paix
accusait voici cinquante ans de préfascisme en les
appelant « les catholiques marseillais ». En 1988 ils
s’appelait « les amis de Pierre Leroux », et le Président
François Mitterrand, voulant réparer « les lacunes dans
l’enseignement de l’histoire » m’écrivait que (...)

 

 

Juillet 2012 :

Pierre Leroux ostracisé par la Sorbonne et réhabilité par l’Eglise catholique

 

Janvier 2012

I. La rue d'Ulm et les services secrets, russes, français et allemands

 

Septembre 2011

L'histoire ressuscitée

Clemenceau et Péguy combattaient ensemble l'idéologie de Maurras et celle de Lucien Herr. En 1903, Clemenceau éditait en sept volumes (quatre mille pages) les dépositions recueillies à huis clos par la Cour de Cassation et son Discours Pour la liberté était édité par Péguy aux cahiers de la quinzaine. Le 4 avril 1941, par ordre del'amiral Darlan et du ministre de l'Instruction publique, ces volumes de Clemenceau furent retirés des bibliothèques publiques. Le régime de Vichy effaçait le dreyfusisme, il faisait de Péguy le précurseur, le « Jean Baptiste » de Hitler, afin que la France passe dans l'Europe fasciste devant l'Italie de Mussolini et l'Espagne de Franco. Le 11 novembre, de Gaulle a riposté par un magnifique éloge de Clenenceau, et ces quatre mille pages auraient dû être rééditées à la Libération. Mais en 1995 Maurice Thorez proposa à Guy Mollet une union fondée sur « le matérialisme dialectique de Marx et Engels, enrichi par les trouvailles de Lénine et de Staline », et on continua à enseigner, même à 1'Ecole normale supérieure, que Péguy avait fondé « le national-socialisme à la française ». En 1963, quand la revue parisienne la plus prestigieuse, Les Temps modernes de Jean-Paul Sartre, dit que Péguy s'était « vendu », la ville natale de Péguy demanda à Gaulle de venir y présider un colloque. (lire la suite)

 

Juillet 2011 :

             Aux candidats à l’élection présidentielle

 

  Si  Philippe Séguin avait été Président de la République, il aurait comme de Gaulle en 1964 libéré la Sorbonne  du groupe de pression qui en 1905 a obligé Jaurès à marcher « sous le joug de la discipline organique ». Président du Conseil d’administration de l’Institut  aixois des sciences politiques, il savait qu’en 1896, en écrivant :« Nous avons gardé de la pensée de Pierre Leroux  deux mots, socialisme et solidarité humaine », parlait au nom de Guéret et de   Boussac (Creuse) en   n’étant soutenu que par  cinq professeurs de Sorbonne, dont Jaurès  (lire la suite)

 

Avril-mai 2011 : Lettre ouverte à Philippe Seguin et François Hollande

Janvier 2011 : Lettre-préface à Philippe Seguin

Editorial novembre 2010 :

Pierre Leroux ostracisé par la Sorbonne et réhabilité par l'Eglise catholique

LETTRE OUVERTE 15 Septembre 2010

A Monsieur le Président du Conseil d'Etat de Genève

A Monsieur le Président de la Commission européenne

A Monsieur le Président de la République Française